Yerma

samedi 11 juin 2011

de Federico Garcia Lorca

Mise en scène Bertrand Mounier

Lundi Mardi Mercredi 20h au Patio

Samedi dimanche 18h

Prix : 15 euros tarif normal/10 euros tarif réduit

RESUME :

Yerma, jeune épouse issue du milieu rural andalou, voit sa vie tourner au cauchemar lorsqu’elle comprend que son couple est stérile. Privée d’enfant, non seulement sa vie n’a plus de sens mais elle se voit aux prises avec le qu’en dira-t-on et les pires rumeurs malveillantes.
Elle finira, années après années, par tourner son malheur en haine contre un époux insupportablement soumis au lois sociales et domestiques.

DISTRIBUTION :

Yerma : Elisa ORIOL
Juan : Julien URRUTIA
Maria : Salomé VILLIERS
Victor : François NAMBOT
Les vieilles paiennes : Raphaëlle LEMANN, Karine N’DAGMISSOU
La jeune femme : Claire GUIONIE
Dolores : Violaine NOUVEAU

INFORMATIONS TECHNIQUES :

Mise en scène : Bertrand MOUNIER

Assistant mise en scène : François NAMBOT

Costumes : Leslie TRIQUET

Traduction : Fabrice Melquiot © L’Arche Editeur

Durée du spectacle : 1h 20min

Bande son : Teresa Berganza chante Garcia Lorca


NOTE DE MISE SCENE

J’ai appris à connaître un auteur d’une immense sensibilité. Le style de Federico Garcia Lorca s’accorde parfaitement avec mes envies de mise en scène : une réception sensible de la pièce et, de fait, une intensification de l’écoute du public. Il m’offre les mots, je lui donne mon imaginaire.
Lorca connaît bien les caractères qu’il dépeint pour les avoir côtoyé lors d’une tournée avec sa compagnie La Baracca. Ces gens me fascinent par leur excès et leur retenue ; leur paradoxe d’ailleurs … Le fado… Le flamenco… Il n’est pas si facile d’ouvrir son cœur, de révéler ses pensées les plus sombres, les plus érotiques. La scène devient notre couverture, notre alibi. Dans la vie, c’est autre chose… Le jugement populaire nous dévore. Je veux faire partager l’essentiel de cette œuvre : le poids d’un secret et ses effets collatéraux. C’est pourquoi je demande à mes comédiens une grande charge émotionnelle, un honneur et une dignité sans faille, primordiaux chez ces hommes au sang chaud. Leurs souffrances sont dévoilées dans des regards profonds et des silences pesants
Le principe est de passer facilement d’un lieu privé, intime (la maison de Yerma) à un lieu public, très fréquenté (une place de village). Et surtout de conserver ce paysage, son aridité, ses landes désertiques où l’on ne trouve que très rarement un lieu habité. J’ai imaginé un plateau inondé de draps blancs suspendus, tel un petit hameau andalou. Ces étendages seront la cachette favorite des commères pour écouter des discussions privées. J’ai voulu un décor qui s’adapte à chaque heure. La présence du soleil est capitale chez Lorca car elle conditionne les conversations, les humeurs et les interdits. Mais ces draps blancs sont aussi le symbole d’un lit jamais souillé, d’une couche maritale jamais partagée.
Dans l’espoir d’un enfant, Yerma met, à la manière d’un grand nombre de femmes qui attend un heureux évènement sans le voir venir, toutes les chances de son côté. Une provocation du destin ? Elle porte donc une robe de femme enceinte resserrée sous la poitrine. De cette façon, on ne discerne pas si son ventre s’arrondit ou non.
À une certaine époque, à l’issue de la nuit de noces, le drap souillé du lit nuptial était exposé au balcon afin de prouver aux villageois la virginité des femmes. La jeune mariée apporterait donc sa contribution naturelle et obligatoire au couple. Sa vocation serait de donner à son époux ce qu’il attend d’elle de manière tout à fait normale et sans jamais parler d’amour, bien sûr…
Bertrand Mounier


La troupe :

Bertrand Mounier – Metteur en scène

Parallèlement à ses études universitaires d’Art du Spectacle et Lettress Modernes, Bertrand débute sa formation d’art dramatique au cour privé Myriade sous la direction de Georges Montillier à Lyon. A ce moment là, il apparaît dans plusieurs télefilms pour France 3.
C’est au Conservatoire du XIe arrondissement qu’il fait la rencontre de Salomé Villiers et François Nambot. De ce trio naît la compagnie La Boîte aux Lettres. Bertrand est tout d’abord assistant à la mise en scène sur Juste la fin du monde (Lagarce), jouée à Besançon et à Paris. Puis, il est comédien sur La dame aux jambes d’azur (Labiche) et Le petit traité de la manipulation à l’usage des honnêtes gens, une création de Salomé Villiers.
Il met en scène, par la suite, Amour et Piano (Feydeau) et Les travaux et les jours (Vinaver). Sa première mise en scène Yerma reste pour lui une révélation.

Elisa Oriol - Yerma

Originaire de la région Lyonnaise où elle suit les cours de Georges Montillier, Elisa intègre le Conservatoire du XIe arrondissement en 2006.
De là s’en suivent multiples rencontres qui lui permettront de jouer au sein de plusieurs projets comme La jeunesse des mousquetaires (A.Dumas), Juste la fin du monde (J.L Lagarce) Mon Ismenie, La Dame aux jambes d’azur (E.Labiche), La nuit de Valogne (E.Schmitt), Phèdre, et dernièrement Bed and Breakfast au Théâtre 14.
Aujourd’hui elle interprète le rôle de Yerma dans la piece de Garcia Lorca, et elle aime ça.

Julien Urrutia - Juan

Né à Perpignan, c’est en 2005 que Julien quitte sa ville natale pour la capitale. Il entre rapidement au Conservatoire du XIe arrondissement où il participera à de nombreux ateliers.
En parallèle, il intègre la troupe de Fabrice Eberhard , qui le mettra en scène dans plusieurs pièces de Molière telles que Les fourberies de Scapin, Don Juan, ou encore Le malade imaginaire mais aussi dans Le songe d’une nuit d’été (Shakespeare).
Depuis on le voit alterner le registre classique et contemporain comme par exemple Six personnages en quête d’auteur (Pirandello), Plagiat (Breton), Edgar et sa bonne (Labiche), Le médecin malgré lui (Molière), Les trois mousquetaires (Dumas), A la renverse (Vinaver) etc...
Pour la saison 2010/2011, il participe à deux créations Notre dame des fleurs (Genet) au Théâtre National de Nice, mise en scène par Antoine Bourseiller, et Yerma mise en scène par Bertrand Mounier.

Salomé Villiers - Maria

Salomé a commencé sa formation théâtrale aux cours de Mireille Delcroix. Elle intègre ensuite le Conservatoire du XIe arrondissement. Sous la direction de Philippe Perrussel elle joue dans Mon Isménie (Labiche) puis dans Le Sicilien ou l’Amour peintre (Molière) mise en scène par Benjamin Kerautret et finalement dans Yerma avec l’équipe de Bertrand Mounier.
En 2008, elle adapte et met en scène Le Petit Traité de la Manipulation.
A la télévision, on a pu la voir dans les séries Section de Recherche, Alice Nevers et les téléfilms Aicha.

François Nambot - Victor

Après des études cinématographiques, François intègre le Conservatoire du XIe arrondissement. Durant sa formation, il s’essaie à la direction d’acteurs en montant Juste la fin du monde (Lagarce), première collaboration avec Bertrand Mounier. L’année suivante, Salomé Villiers lui donne le rôle principal dans sa création Le petit traité de la manipulation à l’usage des honnêtes gens. Avec ces deux derniers, il fonde La Boîte aux Lettres. Par la suite, on le voit dans Amour et Piano (Feydeau), Mon Isménie (Labiche), Soir Bleu (création collective). En parallèle, il réalise plusieurs courts métrages. Cette année, il poursuit sa collaboration avec Bertrand Mounier dans Les travaux et les jours (Vinaver) et dans Yerma.

Raphaëlle Lemann – Une vieille paienne

Raphaëlle commence sa formation de comédienne au sein de l’école de comédie musicale Choreia en 2003. Elle rencontre alors le comédien et metteur en scène Fabrice Eberhard et rejoint sa compagnie. Elle participe à plusieurs de ses Festivals à Collioure et joue dans plusieurs de ses mises en scène comme Les fourberies de Scapin ou Dom Juan (Molière).
En 2009, Raphaëlle est admise au Conservatoire du XIe arrondissement où elle participe à de nombreux projets, qui l’amèneront à intégrer l’équipe de Bertrand Mounier pour Yerma.

Karine N’Dagmissou – Une vieille paienne

Après l’atelier théâtre du lycée Jules Ferry, Karine intègre la compagnie La boîte à mômes pour la pièce pour enfants Le prince Noir (Mireille Fievet). Plus tard elle entrera dans l’école de comédie musicale de Martine Curtat Cadet, Choreia. Elle y rencontre son premier maître de théâtre Fabrice Eberhart. Pour compléter sa formation elle décide d’entreprendre un double cursus en intégrant également le Conservatoire du XIe arrondissement dans lequel elle fait la connaissance de la troupe La Boîte aux Lettres.

Claire Guionie – La jeune femme

Après avoir débuté à Bordeaux au sein de la Compagnie Prométhée dirigée par Luc Cognet dans Les femmes savantes (Molière), elle fait un court passage en initiation à l’ESTBA.
Parallèlement, elle est en tournée en Italie dans une adaptation franco-italienne de Gargantua (Rabelais) et Opéra à… Buffet mise en scène par Manfredi Rutelli où elle incarne La Princesse d’Utopie. Elle poursuit sa formation à Paris, au Conservatoire d’Art Dramatique du XIe arrondissement pendant trois ans, puis à L’Ecole du Jeu dirigée par Delphine Eliet. Elle découvre le cinéma avec Hard (Cathy Vernet) où elle joue la nièce, et dernièrement le téléfilm Marthe Richard (Thierry Binisti) dans lequel elle interprète le rôle d’une prostituée rebelle.

Violaine Nouveau – Dolores

Originaire de Corse, c’est en 2004 que Violaine quitte son île de Beauté pour rejoindre Paris
où elle est reçue à l’Ecole de l’Acteur Coté Cour dirigé par Jean Baptiste Berthon. Par la suite, elle parfait sa formation en intégrant le Conservatoire du XIe arrondissement.
Durant ces années, elle joue dans de nombreuses piéces dont Cinq filles couleur pêche (Alan Ball), A quoi rêvent les jeunes filles (Musset), Je sais que tu es dans la salle (Guitry), Qui a peur de Virginia Woolf (Edward Albee) ou encore Les sept jours de Simon Labrosse (Carole Frechette) mis en scéne par Stéphane Hervé qu’elle vient d’interpréter à la Manufacture des Abbesses, et bien sûr, Yerma mis en scéne par Bertrand Mounier.


LA BOÎTE AUX LETTRES

La boîte aux Lettres est née en janvier 2009 de la rencontre de Salomé Villiers, François Nambot et Bertrand Mounier. Notre collaboration vient d’une envie d’allier nos différents points de vue, parcours et connaissances artistiques afin de faire de cette compagnie une structure ouverte, jeune et dynamique.
Notre objectif est de proposer des spectacles issus de répertoires et de genres divers et variés. La boîte aux Lettres rassemble des comédiens, des metteurs en scène et des écrivains privilégiant l’imagination et à la création.
Après Juste la fin du monde de Jean-Luc Lagarce, premier spectacle de la compagnie mis en scène par François Nambot, Le petit traité de la manipulation à l’usage des honnêtes gens une création de Salomé Villiers, Bertrand Mounier met en scène Yerma de Garcia Lorca.
De par la pluralité de ses membres La boîte aux Lettres se veut une compagnie riche et audacieuse.


Portfolio

JPEG - 366.1 ko

Agenda

<<

2017

 

<<

Juillet

 

Aujourd’hui

LuMaMeJeVeSaDi
262728293012
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930
31123456
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois